MENU

Je Suis

... Né dans les Hauts de Seine à Saint Cloud le 06 décembre 1967. Enfant j’aimais reproduire les personnages de bandes dessinées. A 17 ans je suis des études d'arts graphiques à Corvisart puis j’exerce une profession d’infographiste comme responsable de prod dans la publicité durant 12 ans jusqu’à Gérone, en catalogne, où le vitrail se révèle un an plus tard.   Pourquoi cette reconversion dans l'art du feu, plus particulièrement le vitrail ?   « Je n'ai pas choisi de faire du vitrail, c'est le vitrail qui s’est invité sur mon chemin ». Un matin une voix m'a murmurer "vitrail" à mon réveil. C’était à la fois surprenant car je n’avais jamais prêté attention au vitraux auparavant. j’ai accueilli la proposition et ai demandé le jour même de prendre un mi temps, nous étions le lundi. Au bout du quatrième jour de recherche auprès d'un poste qui m'était familier, je découvre, malgré mon passage quotidien devant sa vitrine, un atelier verrier avec les rideaux de fer baissés. Le message m'apparaissait, encore une fois, très clairement et me décida à en tenir compte. En l’évoquant, à mon arrivée à l’imprimerie, à ma collège de travail, "Kaloni" native de Barcelone, celle-ci me confiait avoir pris connaissance la veille d’une formation vitrail de 6 mois à Barcelone qu’une amie, "Maria" Maître verrier, commençait le lundi suivant. Nous étions alors vendredi et décidions de la rencontrer sans tarder. Le temps des présentations, de m’inscrire et je démarrais l’aventure. En manipulant les outils, les matériaux et le verre, j'avais l'impression que ce n'était pas la première fois. J’avais une certaine assurance, comme si mes mains se rappelaient. C'était une sensation étrange mais je savais, à l'évidence, que c'était ma voix. Après la formation je suis rentré en France pour travailler avec mon frère "Laurent", sur les marchés forains. 1 an et demi plus tard j’intégrais une classe de formation (option) vitrail à Chartres, laquelle m’a permis de m’initier à la peinture sur verre et de découvrir que, là aussi, je n’en était pas à ma première fois, à en croire les observations de « Sylvie », peintre verrier. Après avoir obtenu le diplôme me permettant d’ouvrir mon propre atelier, je m’inscris à la maison des artistes pour me donner la liberté d’exercer et d’exposer mes œuvres. L’objectif de cette formation était pour moi l’opportunité de rentrer en contact, lors de stages, avec des ateliers verrier dans le but de postuler pour un poste au sein de leur équipe quand le moment se présenterait. Et il se présenta, 1 ans plus tard je faisais parti d’une équipe de calibreur/coupeur/monteur. "Michel", Maître en son art, était à deux ans de prendre sa retraite, ce qui lui donna le temps nécessaire pour m’enseigner les gestes ancestraux et de me partager l’amour de son métier.   Que représente le Moyen-âge à tes yeux ?   J’aime cette période. En son terme, je la classifierais plus comme une époque renaissante; Du fait de leur connexion avec les éléments, les énergies, la nature et leurs semblables. J’ai depuis 6 ans la chance de goûter à cette ambiance avec une troupe médiévale dont je fais parti. De joyeux Compagnons Philippiens comme ils se nomment. Tous passionnés d’un métier ancien, voire perdu pour la plupart. Nous partageons notre savoir faire en proposant des prestations pour des manifestations médiévales, des écoles ou des collectivités afin de redonner au gens le goût et la beauté du travail manuel mais aussi de leur faire prendre conscience de leur potentiel à se réaliser eux-mêmes à travers l'un d'eux.   Le vitrail a t il un sens pour toi ? Te sens tu emprunt d'un chemin ?   Le vitrail m’apparaît comme l’intermédiaire entre la matière et l’esprit. Tout à commencer quelques mois avant de partir à Gérone. J’ai ressenti quelque chose d’indéfinissable et indescriptible, qui as changé ma vie et ma perception du monde. Tant pendant qu’au delà de mon art, et malgré le temps qui passe, cette dimension est toujours présente en moi, comme en fond d’écran. A l’époque je n’arrivais ni à l’exprimer ni à le partager, jusqu’à ce jour où cette "voix" m’indique le chemin. A mes yeux l’Homme est un vitrail dont la Lumière ne peut se révéler qu’à travers sa propre transparence. C’est aussi pourquoi je me sent proche de l’époque féodale. Ils œuvraient au delà de la pensée mais avec l'élan du cœur porté par leur foi. Au début je trouvais l’iconographie médiévale très naïve, mais après avoir fais plus ample connaissance avec elle pour l’avoir reproduite, elle est devenue très vite ma complice. Il y a 15 ans, durant la formation, le vitrail m’a redonner l’opportunité de revenir à la reproduction à main levée que j’avais quitté pour l'informatique. J’avais choisi un médaillon du XIè siècle de la cathédrales de Chartres qui raconte la vie de "Saint Eustache". J’appris plus tard que son histoire n’était pas commune; contrairement à tous les autres vitraux qui l’entourent et relatent chacun l’histoire d’un saint, Saint-Eustache était un homme et s’appelait Placidas avant d’être touché par la grâce. Au fil des ans je créais des vitraux de styles différents. Mais depuis 1 an je pense avoir rencontré celui qui me caractérise le plus. Je l’ai intitulé « Révélation ». En lui je retrouve le sens caché que l’on attribuait au vitrail. Et la symbolique du noir et du blanc tout comme la ligne qui les sépare faisant parti de l’un ou de l’autre, visible et invisible à la fois.   Parles-nous de ton nouveau projet ?   Je vais déjà commencer par un peu d’histoire. Jadis, pour des raisons de coût et de simplicité, certains corps de métier se déplaçaient sur les lieux du chantier où l'hôte, durant la réalisation de l’ouvrage, nourrissait l’artisan, le logeait pour enfin le rémunérer de son savoir-faire. Aujourd’hui, j’ai l’élan de faire valoir ce concept ancien qui me semble être une opportunité équitable pour les parties intéressés. Un artisan ou ouvrier détenant un savoir faire au bout de quelques années serait reconnu comme il se doit par le client qui aura en retour la garantie et la qualité d’un savoir-faire unique auprès duquel il pourra, à tout moment, assister à l’évolution des travaux et pourquoi pas, s’essayer aux gestes ancestraux. Je propose également, pour les lieux propices à des manifestations ou visite, des prestations composées de démo-conférences ou encore des ateliers découverte de peinture sur verre et de vitrail traditionnel.
loading